réseaux sociaux

Le cursus de la Licence

Le cursus de la licence est  entre un tronc commun qui court sur les deux premières années (du premier au quatrième semestre) et une troisième année où le choix du parcours et de la spécialité rend possible (mais pas obligatoire) le début d’une spécialisation disciplinaire. Les cinq cours fondamentaux dans lesquels les disciplines sont appelées à dialoguer sont :

Nature et culture

L’objectif de cet enseignement est de faire comprendre selon deux perspectives complémentaires le caractère relatif de l’opposition nature/culture, pour former les étudiants à une « responsabilité écologique » permettant de dépasser les visions parfois simplistes ou scientistes de la question. (1) D’abord à travers l’étude de l’hominisation, puis de celle de la préhistoire et de la protohistoire, faire apparaître  comment l’homme est passé progressivement de l’état d’espèce naturelle à celui d’agent modifiant intentionnellement, en se projetant vers son futur, la Nature. (2) En exploitant les ressources  de l’anthropologie culturelle et de l’ethnologie, montrer que la distinction nature/culture est elle-même historique et propre à la civilisation occidentale. Ces deux axes mobiliseront des notions d’anthropologie, de paléontologie, de préhistoire et d’histoire des civilisations primitives et anciennes, de théorie de l’évolution, d’éthologie, d’écologie, de géographie, de théorie de l’expression artistique.

 Logique, langage et calcul

Nous possédons tous des ordinateurs. Ces outils sont le  résultat de l’application pratique de grands résultats théoriques de la logique mathématique du 20e siècle. Ces résultats sont eux-mêmes issus d’une longue histoire, dont ce cours retrace les grandes étapes : les premières codifications des lois du raisonnement correct, objet propre de la logique, et les premières controverses sur leur justification remontent aux Grecs ; la logique a pris son essor avec le développement et le perfectionnement de son symbolisme, à partir du 17e siècle et au cours de la période s’étendant de 1879 à 1936. Outre cette scansion historique, la logique est un objet transdisciplinaire par excellence : faite de 50% de mathématiques et de 50% de philosophie, elle est impliquée dans toute élaboration scientifique. Elle rencontre la sémiologie et la grammaire (l’UE intègrera des notions de linguistique structuraliste et de grammaire formelle) aussi bien que le calcul (naissance de l’algèbre, histoire de la logique d’Aristote à Boole, application du calcul à l’informatique et à la psychologie cognitive par les théories de l’IA).

Systèmes du Monde

Ce cours se développera selon trois axes, noués par le projet historique récurrent d’une explication systématique du monde : les Weltanschauung dépendent de (1) la cosmogonie, de la cosmologie, de l’astronomie, mais aussi (2) de la théologie, et encore (3) de la littérature. Pour parvenir à son terme, l’idée actuelle du Cosmos, le cours suivra un fil conducteur bien délimité : celui de la mécanique, qui sera étudiée dans son développement historique, aussi bien expérimental que théorique, en allant jusqu’aux bases de la mécanique quantique et de la relativité. Mais on ne se limitera pas à la cosmologie occidentale ; on présentera également les systèmes du monde dans « la pensée sauvage », en liaison avec « Nature et Culture ».

Figures du pouvoir

L’objectif de « Figures de pouvoir » est d’analyser la manière dont les acteurs sociaux (individus, institutions, États) élaborent et formalisent des connaissances pour renforcer et justifier des rapports de domination. En effet, non seulement les savoirs, les sciences et les techniques ne sont pas des entités autonomes qui existent indépendamment des processus historiques et sociaux et des acteurs qui les produisent, mais ils constituent en outre un puissant levier de pouvoir pour ceux qui les maîtrisent. D’un point de vue méthodologique, « Figures du pouvoir » privilégiera une approche critique et pragmatique de l’histoire des sciences et des techniques. Les rapports sociaux de sexe, la construction et les contraintes physiques et sociales exercées sur les corps, la constitution des disciplines scientifiques, l’organisation et le contrôle des territoires, les procédures d’identification des individus et enfin la naissance et le développement des réseaux d’information, dont internet, seront autant de dossiers étudiés, qui mettront en évidence les rapports complexes entre la production des connaissances et l’exercice du pouvoir.

Optique, vision, couleurs

L’histoire des rapports de ces trois notions montre qu’ils ont connu des bouleversements étonnants, qui seront analysés selon la perspective historique structurant la licence. Ce cours convoquera des notions de physique (optique physique), chimie, philosophie, sciences cognitives (psychophysique, psychophysiologie et psychologie : théories de la perception et neurosciences), théorie des arts. Il articulera aux théories physiques et aux théories de la perception des données esthétiques sur la perspective et la couleur (la perspective en « arête de poisson » chez les Grecs ; Nombre d’or et théorie des médiétés ; géométrie et théorie de la perspective chez les peintres de la Renaissance ; Seurat et les théories des couleurs ; etc.).