réseaux sociaux

Témoignages étudiants

 

Ces témoignages sont issus des articles de presse pour lesquels des étudiants de la licence S&H ont été interviewés...

 

  • Dans cette licence, outre la transdisciplinarité, c’est aussi comprendre les matières que l’on nous a « promis ». Au fond on pourrait dire que ce que j’attends est de comprendre plus que d’apprendre.  Anais (2012)

  • Après un bac S, spécialité SVT, option littérature et langues, j’ai décidé d’intégrer la licence Sciences et Humanités de Marseille car je ne savais pas exactement ce que je voulais faire comme études et que cette formation est générale avec beaucoup de matières. J'ai donc pensé que j'aurais plusieurs débouchés en sortant de la licence. Et pour tout dire, l’étude des sciences au travers de l’histoire, la philosophie ou encore la compréhension des enjeux liés à la science m'a motivée dans le choix de mon cursus. Je viens spécialement de Nantes pour cette licence unique en France. Morgane (2013)

  • Nous sommes peu nombreux par promo, ce qui permet une bonne ambiance et une bonne dynamique. La licence a été pour moi source de découverte de certains penseurs et certaines pensées, de manières de voir le monde. La variété des connaissances donne une matière extrêmement dense pour réfléchir".  Djoulia Goueythieu, étudiante troisième promotion 

  • Les cours sont très intéressants et diversifiés, on fait beaucoup de sorties. Les profs se relaient pour nous faire découvrir les thèmes abordés sous plusieurs angles, à travers plusieurs disciplines avec une vraie cohésion entre les étudiants et les enseignants, que je n’ai jamais vue ailleurs. Ici, nous sommes plus en collaboration et moins en concurrence.  Yannis Benazza, étudiant première promotion 

  • En rencontrant les étudiants de la licence S&H, j’ai réalisé qu’ils étaient en train de construire la formation qui leur était destinée. Les échanges avec les membres de l’équipe m’ont permis de mesurer l’originalité de ce projet transdisciplinaire, qui m’a semblé répondre à l’écueil contemporain de la réduction de l’homme à sa fonction. Cédric Chandelier, enseignant en Philosophie et Histoire des Sciences 

  • Je crois que ma première réaction en découvrant cette licence a été cette forme d’attention désorientée avec laquelle on se défend habituellement devant des propositions qui semblent fumeuses ou inutiles. Celles qu’on a du mal à comprendre dans toutes leurs implications parce qu’on ne s’attend pas à ce qu’elles puissent réellement exister. Mais qu’assez rapidement, on finit par reconnaître comme véritablement hors catégorie : c’est-à-dire belles, difficiles et incontournables. Enrico Donaggio, Professeur de Philosophie, Université de Turin